Les hommes se cachent pour mentir, au théâtre de Dix Heures

C’est au théâtre de dix heures un soir de pluie que je m’engoufre dans la petite salle où se déroulent les représentations de la pièce « Les hommes se cachent pour mentir ». Après avoir investit la petite salle du théâtre, les deux protagonistes prennent possession de la scène.

Max est comédien. Il est en froid avec son père qui n’approuve pas la voie professionnelle que son fils a prise. Son ami Yvou, un comédien rêvant de créer sa propre comédie musicale, est en couple avec Marie. Sa compagne vient de le quitter pour rejoindre son ibérique prof de danse à Montpellier. Yvou la pense pourtant en stage de danse. Max, moins crédule que son comparse ne sait comment lui faire prendre conscience de cette situation.

Le dilemme est d’autant plus grand pour Max, qu’il est en passe d’emporter un Molière et qu’il a besoin des services d’Yvou pour s’assurer que son père sera, le soir de la remise du prix, devant sa télévision.

C’est décidé ! Max écrira le texte de la comédie musicale d’Yvou pendant que ce dernier s’occupera de son père. S’en suit un ensemble de situations tout aussi loufoques que cocasses.
La pièce, un peu lente à démarrer, prend ensuite son envol au pays de l’humour potache et décalé, surfant sur les quiproquos et les jeux de mots parfois improbables, mais qui font mouche à coups sur.

Les deux comédiens occupent la scène avec brio, et leur proximité avec le public nous fait pleinement vivre les moments de rires, comme les moments plus tendres.
On pardonne à Max ses petites manipulations envers son comparse, et on se prend d’affection pour Yvou qui derrière son côté benêt, fait preuve d’une humanité et d’une dévotion quasi sans limite pour son ami.

C’est au final 75 minutes de spectacle qui filent à vive allure. Le final de la pièce est par ailleurs tout aussi réussi qu’inattendu. Et ce sont les comédiens qui nous saluent à la sortie, avec bonne humeur et gaieté, nous faisant rire une dernière fois avant de quitter le théâtre sous la pluie, mais avec le sourire encore rayonnant.

Théâtre de Dix Heures
36 Boulevard de Clichy, 75018 Paris
Auteur(s):Vincent Piguet
Mise en Scène : Charles Hudon
Artistes : Patrick Chanfray, en alternance : Matthieu Penchinat, Vincent Piguet

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe without commenting