Les Immatériels au Théâtre des Artisans

Des corps disloqués, des rencontres évitées et une énergie folle ponctuée par des moments de vidéo amenés par une musique envoûtante, voilà ce que nous propose Floriane Pinard dans sa chorégraphie « Les Immatériels ».

« À quoi tient la frontière entre deux corps ? » est la question que se pose Floriane Pinard, et qu’elle développe habilement au cours de son spectacle. L’interprète principale, Lucie Bailly, intègre au delà de la force de son regard une notion de jeu scénique presque théâtral qui rend soudainement ce rapport au corps plus passionnant encore.


Au cours de différentes expérimentations telles que des rencontres avec d’autres corps, des pertes d’équilibre ou encore une prison née d’une corde enroulée autour de la taille, le matériel corporel perd sa forme initiale et devient une esquisse embrayée dans un rythme musical. La vidéo souligne et se fond dans cette atmosphère dégagée de toute substance proprement concrète. Les impressions se maintiennent comme dans un espèce de rêve, quelque chose qu’on ne peux pas vraiment saisir et qui pourtant subsiste dans l’esprit.

C’est véritablement un délice que de faire connaissance avec ces quatre corps en exploration. La musique d’Olivier Demontrond fusionne avec les impulsions des danseurs autant qu’avec les images, et porte invisiblement l’énergie des scènes et l’imaginaire des spectateurs. Et même si parfois on regrette dans cette danse contemporaine qu’il n’y ait pas plus d’étirements dans les mouvements, Floriane Pinard nous offre une chorégraphie à la fois énergique et pudique qui porte véritablement son nom d’immatérielle.

Ottavia

En ce moment au théâtre des Artisans.

passion theatre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe without commenting