Douce-Amere de Jean Poiret, avec Michel Fau et Mélanie Doutey aux Bouffes Parisiens

Il y a quelques jours nous étions du côté de la rue Monsigny, au coeur du 2ème arrondissement de Paris, dans ce superbe théâtre des Bouffes Parisiens. Derrière la façade lumineuse, nous attendais quelques acteurs, mais il faut bien l’avouer nous étions venu voir deux comédiens plus particulièrement : Mélanie Doutey et Michel Fau.

Oui car on joue sur la scène des Bouffes Parisiens, une pièce ressuscitée de Jean Poiret : Douce-Amère. Et bien que je sois fan de l’acteur, je n’avais jamais vu de pièce de Jean Poiret. En fait, c’était aussi ma première pour Mélanie Doutey, et Michel Fau (acteur et metteur en scène cette fois-ci), bref un soir de première. On t’emmène tout de suite au théâtre, on te parle de ce qu’on a vu sur scène !

Bouffes Parisiens

Une femme, un mari et 3 amants

Douce-Amère, c’est l’histoire d’une femme, Elisabeth (Mélaine Doutey), qui quitte son mari Philippe (Michel Fau). Un couple en fin de vie avec un mari charismatique et pervers et une épouse qui a soif de liberté et de rencontres.

Douce Amère au théâtre

Le metteur en scène (Michel Fau lui-même) a décidé d’encrer la pièce dans la période de son écriture : les années 70. C’est un décor psychédélique particulièrement réussi que l’on doit au frère de Michel Fau, Bernard et Natacha Markoff qui permet de se plonger dans ces années 70 qui allaient voir naître aussi la Cage aux Folles du même auteur. La BO bien sentie (Comme d’habitude dans toutes ses versions, ou presque) rythme bien la pièce.

Jean Poiret Super Star

La première scène est prometteuse. Mélanie Doutey, Michel et Fau et le premier amant joué par Christophe Paou (qui ce soir là était un magnifique « croisons-les » entre le commissaire Valentin des Brigades du Tigre et Eugène De La Croix), dans une soirée pleine d’ambiguïté où le mari intronise presque l’amant de sa femme. On est amusé et aussi gêné que sa femme.

L’écriture de Jean Poiret ressort avec éclat dès cette première scène, le jeu de Michel Fau le servant à merveille. Un pur délice. On comprend tout de suite quelle bête de scène est Michel Fau. Brillant.

La belle surprise vient aussi de l’interprète féminine, Mélanie Doutey qui s’accomplie à merveille dans ce rôle transgressif d’Elisabeth, une femme éprise de liberté et qui tente de s’arracher à l’emprise de son mari.

Quand Michel Fau n’est pas là…

Mais Michel Fau n’est pas là pendant toute la pièce, et il faut bien l’avouer, son absence se fait souvent cruellement sentir. Bizarrement, le texte de Jean Poiret devient parfois un peu trop touffu, presque trop intelligent ou intellectuel. Attention, en règle général les mots de l’auteurs sont justes, précis, aiguisés. Un humour féroce qui nous faire rire. Jaune. Mais les quelques lenteurs gâchent un peu la fête.

Les amants ne m’ont pas tout à fait convaincu. Si Christophe Paou, avec son phrasé singulier, tient plutôt la rampe, David Kammenos en pilote beau gosse et Rémy Laquittant, en chanteur 70’s un peu simplet, ont plus de mal à s’en sortir.

Théâtre Douce Amère

Pour les yeux de Mélanie

Mélanie Doutey, elle me réveillait il y a encore peu chaque matin. Oui chanceux que je suis. Enfin, elle me réveillait sous la forme d’une Jaguar violette. Oui mon fils pendant un moment regardait tous les matins Cars 2, dans lequel Mélanie doublait l’un des personnages. Mais là, il n’y avait pas seulement la voix, il y avait aussi le regard.

Mélanie Doutey est vraiment bluffante. Non mais c’est vrai, ce regard. Je ne vous parle pas de charme, même si la demoiselle n’en manque pas on est d’accord. Non je vous parle d’un regard mégaphone (ouais je sais je suis poète): oui un vrai porte-voix avec lequel elle peut traduire tous les sentiments. Fascinant. Du coup, Elisabeth s’incarne véritablement sur scène.

La dernière scène n’a pas le même brio que la première, à se demander si Jean Poiret n’avait pas du mal à mettre un point final à sa pièce. Un bouquet de fleur, un peu de Michel Fau (dernier petit plaisir), les yeux de Mélanie… et rideau !

Du coup je reste mitigé sur Douce-Amère, qui porte à merveille son nom, et qui ressemble tellement à son auteur. Ce côté petit sourire en coin, pince sans rire, avec le bon mot, on sent Jean Poiret dans le texte tout le long.

Mais on s’y perd aussi quand la magie d’un Michel Fau ou le regard de Mélanie Doutey ne nous portent plus. C’est une expérience de théâtre à part entière, je vous invite vraiment à faire la vôtre (et venir nous raconter ici ensuite).

AUTEUR Jean POIRET
MISE EN SCÈNE Michel FAU
AVEC Mélanie DOUTEY – Michel FAU – David KAMMENOS- Christophe PAOU – Rémy LAQUITTANT
DÉCORS Bernard FAU et Natacha MARKOFF
LUMIÈRES Joël FABING COSTUMES David BELUGOU
HORAIRES de mardi au samedi à 21h et en matinées le samedi à 16h30 et le dimanche à 15h
TARIFS de 10€ à 60 € (hors frais de réservation et hors samedi soir)

Théâtre Douce Amère

Derrière le rideau

J’ai eu la chance de prendre un verre avec les acteurs au bar du théâtre. Moment privilégié qui permet d’en apprendre un peu plus sur la pièce et de découvrir aussi les acteurs derrière leur masque de scène.

Michel Fau nous a parlé avec passion de son appétence pour remonter des vieilles pièces parfois oubliées. Douce-Amère en fait parti et il ne compte pas s’arrêter là. Il nous a aussi parlé de sa volonté de ne pas suivre une carrière précise, une ligne : il fait ce qu’il a envie de faire, n’hésitant pas à passer du coq à l’âne. Sans sourciller. Juste par passion et envie. On ne peut qu’être d’accord : liberté, je te chérie !

Théâtre Douce Amère

Mélanie Doutey était plus timide. Mais rapidement j’ai découvert une femme pétillante et pleine d’humour, n’hésitant pas à sortir quelques blagues au milieu d’explications sur la pièce. Une comédienne remarquablement accessible, presqu’une bonne copine avec qui tu aimerais prendre un verre. Faudrait vraiment qu’elle passe à l’Apéro du Jeudi. Merci Mélanie pour votre simplicité et ce regard si lumineux.

Jef

Jef

Au simple mot insolite, il est toujours prêt à faire quelques km en plus. Passionné de voyage, il anime Voyage-Insolite.com et son blog perso Vol714.com, le jour devient dealer de gadgets avec Super-Insolite.com et le jeudi organise l'apéro avec Aperodujeudi.com. Et la nuit dort. Parfois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe without commenting