Le Bouffon du Président

Un ancien président revanchard qui ressemble comme deux gouttes d’eau à ce cher Nicolas Sarkozy, un humoriste qui a pris l’habitude de faire de ce sosie de Sarkozy sa tête de turc. A l’affiche de cette pièce d’Olivier Lejeune, des personnalités telles que Franck de Lapersonne, Michel Guidonni et Cécile de Menibus, qui, à cette occasion, fait sa grande première au théâtre.

Alors que la salle du théâtre des variétés est plongée dans un silence quasi religieux, le rideau s’ouvre et la cave d’une vieille auberge apparaît sous les yeux du spectateur. C’est là que Jerry Guillos, humoriste préféré des français et adulé pour sa satyre du pouvoir et plus précisément de François Nicoly, l’ancien président de la république qui a perdu les dernières élections présidentielles et qui s’apprête à se représenter (ca ne vous rappelle pas quelqu’un ?), fait son entrée. Il doit faire le show pour un public composé d’une seule personne… invisible. Au début, Jerry n’est pas emballé par ce travail un peu bizarre, mais la grosse rémunération promise et l’intervention d’une jolie fille portant le nom de Sophie va avoir raison des quelques réticences de cet homme cupide et amateur de femmes. Et voilà l’humoriste tombé dans un piège tendu par un Francois Nicoly revanchard qui n’a qu’une idée en tête, se venger de Jerry qu’il accuse d’être responsable de sa défaite aux précédentes élections.

Affiche-le-bouffon-du-president

Dès l’apparition de François Nicoly (joué par Michel Guidonni), tout le théâtre des variétés a compris de qui Olivier Lejeune s’est inspiré pour créer ce personnage. Tout, de sa gestuelle à sa démarche, en passant par ses tics, sa voix et son parcours politique, rappelle Nicolas Sarkozy. Sauf qu’avec Olivier Lejeune, ce Sarkozy burlesque entretient de drôles de relations avec une certaine femme du monde du spectacle admirablement jouée par Fabienne Chaudat.

Tout le monde dans la salle a semblé ravi de découvrir Cécile de Ménibus dans le rôle de Sophie bien que son personnage ne soit pas le plus étoffé. Apparemment, Jerry Guillos n’est pas la seule personne à avoir été séduit par la jolie blonde dont on se rappelle les années passées à la Méthode Cauet. Franck De Lapersonne (Jerry) est remarquable dans ses confrontations verbales avec un Michel Guidonni qui lui en veut à mort. Quant à ce dernier, dans son rôle de quasi-sosie de Nicolas Sarkozy, en a fait rire plus d’un, même si l’imitation était parfois sur-jouée. Et que dire du moment où, à la fin de la pièce, prenant tout le monde de court, il se met à interpréter de façon assez cocasse des chansons françaises dont il se murmure qu’elles constitueraient la playlist d’un membre éminent de l’UMP. Totalement désopilant !

Une pièce en représentation au théâtre des Variétés (7 Boulevard Montmartre, 75002 Paris) jusqu’au 26 Avril.

Rédacteur invité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe without commenting