« Cuisine et dépendances » à la sauce montmartroise

Le petit théâtre Le Funambule, situé à Montmartre, s’attaque à un célèbre texte français « Cuisine et dépendances ». Avec plus ou moins de succès.

Cosignée du tandem Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, « Cuisine et dépendances » est une pièce de théâtre culte devenu un film tout aussi célèbre. C’est l’histoire de Sandrine et Jacques, qui invitent Charlotte et son mari, un couple d’amis perdu de vue depuis dix ans. Soirée à laquelle sont également conviés Georges, l’ami parasite, Frédéric, le frère de Sandrine, et sa petite amie Maryline. Mais évidemment, la soirée ne se déroule pas très calmement, entre jeu de pokers, jalousie, retrouvailles amères et crise de nerf.

theatree-cuisine-et-dependances

Pour oser s’approprier ce texte de 1992, il fallait un sacré culot… le théâtre Le Funambule a osé. Une aubaine pour quelqu’un (comme moi) qui ne connaît ni la pièce originelle ni le film. Quelqu’un qui ne connaît pas l’histoire et qui débarque vierge de référence. Pour ce quelqu’un (moi donc), découvrir « Cuisine et dépendances » à la sauce montmartroise fut donc agréable. D’autant plus que sa courte durée (1h20) ne laisse pas le temps de s’ennuyer.

Pas de commentaire sur le texte et les dialogues, qui plairont à ceux qui apprécient l’humour Jaoui-Bacri et laisseront de marbre les autres. Si le texte a été légèrement adapté par moments pour correspondre à notre époque (ainsi les francs deviennent des euros), il n’a toutefois pas tellement vieilli. Seul hic : il nécessite l’utilisation d’un téléphone fixe. Chose qui semblait tout à fait normal en 1992 mais qui est plus rarissime aujourd’hui… surtout que Charlotte, qui en a besoin à plusieurs reprises, utilise en parallèle son smartphone…

Mais le plus gros point négatif de la pièce réside dans le jeu des acteurs, malheureusement inégal. Le personnage de Georges, initialement joué par Jean-Pierre Bacri, est admirablement interprété par Thibaut Landier. Bougon, grincheux et de mauvaise foi, l’acteur imite à la perfection son illustre modèle. De même, Claire Toucour donne au personnage de Charlotte (joué par Agnès Jaoui à la base) un côté sarcastique fort plaisant. Le reste de la distribution est moins convaincant, notamment Rémy Desforges, qui joue le rôle du frère accro au jeu et à court d’argent, et Camille Roy, qui joue une maîtresse de maison tantôt surexcitée tantôt ultra énervée. Sans que le spectateur ne comprenne grand-chose à ce changement d’humeur. Dommage.

« Cuisine et dépendances » de Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri
Dates de représentations : Jusqu’au 31/08/2014
du mercredi au jeudi à 20h00, du vendredi au samedi à 21h30 et le dimanche à 16h00

Théâtre le Funambule
53, rue des Saules
75018 Paris

Océane

Rédacteur invité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe without commenting