DAF, Marquis de Sade !

Dans cet hiver froid et pluvieux, j’avais rendez-vous du côté de Montmartre avec le marquis de Sade. De quoi me réchauffer donc. Mais attention, la pièce, D.A.F  ne traite pas vraiment des soirées folles du marquis. Non nous sommes à la Bastille, dans le 7ème année de sa détention en 1784. Ambiance.

C’est d’abord un mano à mano entre le nouveau geôlier de la Bastille, Lossinote, incarné par l’excellent Jacques Brunet que j’ai trouvé très juste,  et le marquis de Sade, Pierre-Alain Leleu, qui mets en scène également la pièce. Même après de 6 ans de prison, Sade veut toujours tenir son rang, surtout face à ce nouveau geôlier. Mais il n’est plus chez lui, où tous les excès lui étaient permis, lui Monsieur le Marquis. Aujourd’hui il est un simple prisonnier, qui doit plier sous les coups de bâtons…

Mais notre marquis a trouvé la parade pour s’évader : s’inventer une présence féminine. Une sorte de conscience, de sur-moi, avec qui il discute de ses erreurs, ses convictions (car oui derrière les délires sexuels il y a des convictions)…

Une présence féminine interprétée par Dany Verissimo. Je dois vous avouer que je connais Dany Verissimo pour ses débuts avec John B. Root dans le porno (et je me doute qu’elle doit en avoir marre qu’on lui rappelle) mais ça m’a fait ma petite surprise… et ça me semblait plutôt raccord avec une pièce traitant de Sade.

Sa performance vous allez me dire ? Plutôt concluante : elle incarne le personnage avec un zeste de charme et de cynisme. Pour être complet, la personne qui m’accompagnait était franchement déçue par la comédienne. Avis partagés donc.

Une pièce plutôt intéressante qui voit évoluer, voir sombrer, petit à petit le marquis de Sade dans la folie. Oh pas dans la folie furieuse, mais son obsession des chiffres, sa paranoïa, la présence de son amie imaginaire ne font que s’accentuer durant la pièce. On comprend que ses délires sexuels sont là pour combler une angoisse, des peurs… pour exister. Quelques passages hard core ont fait sortir des gens (peut-être venus là par hasard)… c’est vrai que ce Sade avait de drôles d’idées, surement proportionnelles à son mal être. Un personnage sur le devant de la scène en ce moment, puisque même Michel Onfray s’est attaché à déconstruire le mythe…

D.A.F, Marquis de Sade
De Pierre-Alain LELEU
Mise en scène : Nicolas Briançon

Avec
Sade : Pierre-Alain LELEU
La Femme : Dany VERISSIMO
Le Prêtre : Michel DUSSARAT
Lossinote : JACQUES BRUNET

Au Ciné 13 Théâtre, à 21 h 30
Le Dimanche à 17 h 30
Relâche : lundi-mardi
CINE 13 THEATRE, 1 avenue Junot 75018 Paris

Jef

A propos de Jef Au simple mot insolite, il est toujours prêt à faire quelques km en plus. Passionné de voyage, il anime Voyage-Insolite.com et son blog perso Vol714.com, le jour devient dealer de gadgets avec Super-Insolite.com et le jeudi organise l'apéro avec Aperodujeudi.com. Et la nuit dort. Parfois.

One Comment

  1. Quelle perte de temps! Comment Briançon à t il pu mettre en scène un tel navet? Le marquis est « joué » par un acteur qui donne l’impression de lire son texte sur une antisèche, et bien que le sujet permettait d’envisager une pièce intéressante, celle-ci s’enlise dans le scato et le choquant vraisemblablement pour masquer un sujet mal traité.
    Bref, manque de travail et erreur de casting certain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe without commenting