Je suis Ophélie par Florence Wagner

Voici l’histoire d’une troupe en questionnement, une troupe qui cherche comment s’attaquer à un des mythes de la littérature européenne. « Je suis Ophélie » est l’histoire d’une troupe qui ne sait pas comment aborder le mythe d’Hamlet. Or cette pièce mise en scène par Florence Wagner prend le parti de montrer une œuvre en construction, en fabrication mais également en tâtonnement.

Certains acteurs abandonnent leur rôle, un même comédien va jouer plusieurs personnages… C’est assez déroutant. On a du mal à entrer dans la pièce. On aime ou on n’aime pas, et je n’ai pas accroché. Voici pourquoi.

je-suis-ophelie.jpg

Toute en violence, la pièce renoue avec les violences des tragédies portées par Hamlet, par Ophélie : le jeu est noué, torturé, cru de tant de violence, de rage et de sentiment d’impuissance. L’ambiance électrique qui y règne devient oppressante, l’alternance entre les coulisses et la scène sert un style de théâtre qui se veut très contemporain mais perturbant. Est-ce la difficulté des acteurs à accoucher leur rôle ? Même si Gertrude porte de façon éblouissante son personnage tout en émotion, en nuances, la pièce n’apporte aucune respiration, et n’a rien de drôle. C’est en tout cas une impression de brouillon qui subsiste, de spectacle en questionnement.

Faten

« Je suis Ophélie »
Mise en scène de Florence Wagner
Théâtre du Temps

____________________________________________________________
Faites comme Faten, faites vous offrir des places de théâtre en échange d’un article rédigé pour VuSurScene ! Tout est expliqué ici : théâtre gratuit !

passion theatre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe without commenting