3 pièces à découvrir contre un article

Retour de nos invitations. Aujourd’hui je vous propose 3 pièces de théâtre à découvrir gratuitement en échange d’un article. Quelques rappels sur l’article à nous envoyer : une semaine maxi après être allé voir le spectacleun article de 200 mots minimum, avec les informations pratiques de la pièces (adresse du théâtre et roulement de la pièce) et un titre à votre article. Le tout à envoyer à jf@vusurscene.com.

Quand Pégase rencontre Icare chez Alexis Gruss

alexis-gruss-pegase-icare (4)1

Je ne suis pas fan du cirque. Voilà j’ai fait mon coming out. Remarquez quand on voit la forme des cirques en France, je ne suis malheureusement pour les troupes de cirque pas le seul. Les grandes familles du cirque se font de plus en plus rares sur les routes de France. Sauf celles qui arrivent à renouveler le genre et la famille Gruss semblent être de celles-là.

Une Carmen d’anthologie !

carmenatoutprix

Menée par 5 comédiens également chanteurs et trois musiciens, cette Carmen à tout prix ! qui se joue au Théâtre Trévise (14, rue de Trévise dans le 9ème arrondissement de Paris) les jeudis, vendredis et samedis à 21 heures 30 jusqu’à début janvier 2016, est une superbe farce potache qui permet de réviser ses classiques mais surtout de passer une excellente soirée à rire et à décompresser pendant quasiment deux heures.

Le prochain train : Quelle vie rêver ?

prochain-train

« Le prochain train » est sans aucun doute un de ceux à ne pas rater ! C’est un spectacle attachant et attractif, tout à fait réussi. Une petite perle de la saison théâtrale.

Irish Coffee

IRISH-COFFEE Basse Def

Quand Charlotte découvre que son père entretient une plantation de cannabis au sous-sol de sa taverne irlandaise, les rires éclatent. Et pourtant, Irish Coffee n’est pas vraiment comique. Durant presque deux heures, on assiste aux déboires d’une famille peu enviable et déchirée.

7 invitations au théâtre

La fournée d’octobre est arrivée ! Vous connaissez le principe : inscrivez-vous à l’une des pièces qui vous intéresse et ensuite, une fois le spectacle vu, envoyez nous un article de 200 mots minimum via notre formulaire. Attention : merci de bien vérifier que vous êtes dispo aux dates et horaires des représentations (à véirifer sur les sites internets des pièces) et de ne postuler qu’à une seule pièces. C’est parti !

“J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer.”

Britannicus-Menilmontant

Célèbre tragédie en 5 actes – et en alexandrins – de Jean Racine, Britannicus nous fait voyager dans l’empire romain en nous racontant la dernière journée du personnage éponyme, assassiné par son frère, l’empereur Néron, dont la cruauté a marquée ses 14 années de règne.

Jouée dans la plus belle – et la plus grande salle – du théâtre de Ménilmontant, appelée communément « XXL », la pièce débute par un prologue imaginé par la compagnie Minuit44. Avec une musique glaçante en fond sonore, la princesse Junie mime son propre enlèvement dans une danse cauchemardesque où pointe la sensualité. Sur la scène, on devine une grosse araignée en métal industriel dont l’aspect renforcera par la suite le caractère pesant de ce huis clos ayant pour cadre le palais romain de Néron.

Love is in the air

deux_amoureux_paris

Pour la première de « Deux amoureux à Paris », qui a pour écrin le Théâtre de la Contrescarpe, la file d’attente serpentait jusqu’à la place du même nom. Dans ce théâtre de poche, les VIP du jour s’engouffraient jusqu’au petit balcon. « Deux amoureux à Paris », c’est l’histoire – vraie – d’un duo d’artistes : Aude Brenner, ex-meneuse de revues aux Folies Bergères, et Régis Simon, musicien-chanteur au look « titi parisien ». Couple à la vie comme à la scène, ils ont monté un spectacle qui racontent leur début de vie d’artistes à Paris, les paillettes en moins !

Les enchaînés

Espejo

La lumière monte sur le décor d’un appartement classique, simplement meublé, où l’on distingue deux protagonistes, l’un assis dans un canapé, l’autre agenouillé. L’atmosphère est orageuse, une querelle de couple lambda qui semble pourtant ne pas coller. Tel un leitmotiv, Adam n’arrête pas de scander : « tu vas m’apprendre et je vais t’apprivoiser ». La lumière se fait sur la jeune femme prostrée : à la stupeur des spectateurs, elle est en réalité enchaînée – littéralement.

La Lesbienne invisible achète des Chatons violents

oceanerosemarie

Après La Lesbienne invisible, Océanerosemarie revient sur scène avec son nouveau spectacle, Chatons violents.

Bien que son premier spectacle La Lesbienne invisible ait eu beaucoup de succès et reçu beaucoup d’échos dans les médias parisiens, son deuxième one woman show Chatons violents est joué dans la plus grande discrétion. Peu (voire très peu) d’articles, pas d’affiches dans le métro… Pour savoir qu’Océanerosemarie joue à nouveau, il faut soit être un très grand fan et la suivre sur les réseaux sociaux, soit passer par hasard devant la Comédie des Boulevards et voir l’affiche de Chatons violents… Comme moi !

Pourtant, le spectacle vaut le détour. Si l’affiche montre une Océanerosemarie tout en douceur, visage raphaélite, pose de Madone à col Claudine et chat à poils longs d’une sagesse exemplaire, sur scène c’est une autre histoire. Océanerosemarie bouge, danse et parle à une vitesse impressionnante durant 1h15. Une boule d’énergie qui emporte avec elle un public composé quasiment uniquement de BBB. Soit les « bons bobos blancs », comme elle les appelle, et qu’elle s’applique d’ailleurs à dézinguer. Avec beaucoup d’humour et d’autodérision certes, mais parfois avec un ton un brin moralisateur qui peut faire (sou)rire jaune.

De Paris à Montreuil

En effet, elle n’hésite pas à caricaturer, tout au long de son spectacle, les caractéristiques de ces BBB, qui quittent Paris pour Marseille (la plage, le soleil, prendre son temps) avant de revenir s’installer à Montreuil (dans des maisons rouge sang – ou bleu klein – avec des jardins entourés de bambous… tellement original).

Là, ils s’enthousiasment que leurs enfants aient une amie arabe et passent leurs vacances à Belle-Ile, à Saint-Moritz ou en Floride. Ils se disent de gauche, mais sont devenus de plus en plus ouvertement racistes. Prêts à donner leur avis sur tout (et notamment sur des sujets plus que complexes, comme la prostitution), ils se renseignent non pas en lisant des essais spécialisés, mais en appelant leurs amis !

Cette critique féroce, mais quelque peu facile, de ces BBB, est entourée d’anecdotes sur sa vie de lesbienne en couple, qui doit faire face aux désagréments du quotidien (où les sms enflammés des débuts sont remplacés par des sms rappelant d’acheter du papier toilette), mais surtout qui a acheté non pas un, mais deux chats ! Des histoires connues par tout un chacun qui donne un peu de légèreté à ce spectacle non pas violent, mais énergique.

Océane REDON

Powered by WordPress | Free WordPress News Theme by Free WordPress Themes | Thanks to Premium Themes and WordPress 3 Themes