La famille oui, mais à petite dose

Le théâtre n’est que le reflet de la vraie vie. Mettant tout naturellement en scène des situations vécues par les gens au quotidien, ces derniers ne peuvent que s’identifier aux acteurs et l’impact dramatique ou humoristique s’en trouve renforcé. Chacun ayant une famille dont il est plus ou moins proche, il n’y a pas meilleure source d’inspiration que celle-ci et des relations entre ses membres.

On pourrait écrire des dizaines de pièces de théâtre sur ce sujet sans jamais en faire le tour, mais feraient-elles toutes rires ? Une chose est sure, la Comédie des 3 Bornes sise 32 rue des Trois Bornes à Paris a fait le meilleur choix qui soit lorsqu’elle a décidé de nous présenter « Un Air de Famille » d’Agnès Jaoui et de Jean-Pierre Bacri et mis en scène par Paulien Macia, avec Michael Cohen, Maud Dreyer, Florian Guérin, Schemci Lauth, Alexandra Moussai et Isabelle Péan.

Voilà le tableau. Une famille se réunit comme tous les vendredis soirs mais aujourd’hui est un jour spécial car c’est l’anniversaire de Yolande, une femme coincée complètement cruche mais néanmoins attendrissante qui a épousé le parfait et suffisant fils à sa maman, Philippe. C’est le frère insupportable centré sur lui-même qui a tout réussi et qu’on aimerait bien voir disparaitre de temps en temps. A coté, parce qu’elle n’est jamais loin de son fils prodige, il y a la maman agaçante et étouffante. Elle sait tout, elle connait tout et surtout elle décide de tout, sans penser aux conséquences de ses actes. Heureusement Betty, la petite sœur « grande-gueule » n’en loupe pas une pour remettre tout le monde à sa place et protéger un minimum Henri le vilain petit canard de la famille dont tout le monde se fout. Bref une famille comme la nôtre. Malheureusement les choses tournent mal. C’est l’heure des règlements de comptes et des secrets éventés. Henri se fait plaquer par sa femme, maman apprend que Betty sort avec le barman Denis et qu’elle va être licenciée, Philippe ne pense toujours qu’à son passage éclair à la télévision et Yolande est traumatisée par le cadeau d’anniversaire de belle maman : un chien paralysé qui à l’air mort.

En somme, une pièce de théâtre époustouflante et hilarante, avec un jeu d’acteurs excellent du début à la fin. On ne voit pas le temps passé un seul instant, et pourtant on aurait de quoi vu la configuration de cette minuscule salle (attention aux places du premier rang, on a les fesses de Denis à 20 centimètres de notre visage pendant 10 secondes et on risque de se prendre un coup par Yolande lorsqu’elle danse le rock). Mais il s’agit d’une promiscuité des plus agréables car pendant une heure et demie on a le bonheur de faire comme partie de cette famille déjantée et on voudrait même parfois intervenir pour répliquer.

Bref, une pièce à ne surtout pas manquer.

Faites comme Caroline : devenez rédacteur d’un soir pour VuSurScene et obtenez des invitations gratuites en échange d’un article, informations ici : théâtre gratuit.

Rédacteur invité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe without commenting