Les épouvantails par Amelie

C’est dans un décor simpliste que cette pièce se joue.

Une marionnette puis un homme (Lucien) faisant la manche et agenouillé tête baissée sur une palette nous accueillent. Puis entre en scène Jeanne. Elle tourne autour de l’homme, elle paraît agitée, excitée. Avec difficulté, elle parvient à faire lever la tête à Lucien et lui remémorer l’origine de leurs liens.

Le destin de nos personnages  va nous être exposé :

Nous sommes en présence de deux anciens ouvriers ayant été lâchement licenciés de leur usine. Ils sont devenus de simples spectateurs et victimes de la société actuelle, jetés inhumainement par cette dernière, réduits à de purs objets.

Plaidoyer d’une société libérale à la recherche du profit et de l’abus de la main d’œuvre, Lucien et Jeanne exposent tour à tour leur haine et leurs souffrances.

Leurs avis diffèrent en tout point, il semblerait qu’ils ne se comprennent pas vraiment, chaque victime ayant des visons opposées de leur situation de précarité…

Le besoin de vengeance que Jeanne éprouve n’est pas partagé par Lucien.

Ce qui ne découragera pas Jeanne qui va tout entreprendre pour entraîner Lucien dans son scénario de vengeance qu’elle a finement élaboré.

Place à la longue exposition de manière quelque peu délirante de cette tactique de braquage chez l’ancien patron de l’usine.

Vont suivre de nombreuses légères querelles entre nos deux épouvantails, entrecoupées par l’apparition de la marionnette qui développe à son tour quelques autres intrigues et donne un peu de piment à la pièce mais nous perd un peu aussi …Je ne suis pas sortie de cette pièce chargée d’émotion, mais les deux acteurs ont toutefois beaucoup de talent.

Les Épouvantails

Théâtre les Déchargeurs

3 Rue des Déchargeurs

75001 PARIS

Du 12 avril au 21 Mai 2011 – 20h00

Relâche Dimanche et Lundi

Faites comme Amélie : devenez rédacteur d’un soir pour VuSurScene et obtenez des invitations gratuites en échange d’un article, informations ici : théâtre gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Subscribe without commenting